U n t e x t e d ’ A d r i e l e B e n e d e t t o

 
sablier.png
 
sablier.png
 
sablier.png
 
sablier.png
 

Dehors, le tonnerre gronde. Cela fait vingt-six jours que le ciel n’en fait qu’à sa tête, si bien que

ceux qui tentaient de le consoler ont perdu espoir et sont rentrés chez eux. Aujourd’hui ne fait

pas exception. En l’espace d’une minute, le ciel se noircit et les nuages montent sur scène,

menaçant de déverser leur chagrin à n’importe quel instant. On prévoit même des flocons en fin

d’après-midi. Du jamais-vu pour une ville qui se vante d’avoir du beau temps en toute saison.


  • « Il paraît que le soleil est en grève », soupire Horace en fermant les volets.


  • « Tic-tac, tic-tac, tic-tac »


  • « Les petits nouveaux disent que le beau temps ne vient jamais seul et que l’orage n’est

jamais trop loin. Mais dans le vieux bourg, on raconte qu’il s’agit d’un complot orchestré

par la capitale. Paris en aurait marre de la flotte et aurait fait appel au Comité Spécial

d’Intervention Atmosphérique (CSIA) pour amadouer tous les vents et nuages qui

traversent l’hexagone, afin de concentrer leurs activités dans le Midi, en particulier dans

notre petit joyau médiéval. Tu trouves ça normal toi? »


  • « Tic-tac, tic-tac ... »


  • « Si c’est le cas, ils ont un sacré culot ces fripouilles ! Pour ma part, ça fait longtemps

que j’ai perdu tout attrait pour le dehors. Qu’il grêle ou qu’il neige, je m’en fous.

Cependant, quand le quotidien Soleil du Midi publie que le service Paris-plage reprend

avec un mois d’avance et qu’on frôle les vingt-cinq degrés à la capitale, j’ai le coude qui

me démange. Ça pue la conspiration, camouflée derrière l’argument du changement

climatique. Depuis quand Orange est l’épicentre des averses? Hein? Depuis quand?

Enfin bon, tant qu’on ne manque pas d’haricots, de pâtés en croûte ou de pains

surgelés, on n’a pas le droit de se plaindre, pas vrai? »


  • « ...tac, tic-tac, tic-tac, tic... »


Soudain, une secousse ébranle la maison et on entend un bruit de verre brisé, suivi par le

sifflement strident du vent. Horace se précipite dans la cuisine et s’empresse de fermer la

fenêtre. À terre, gît son vase de céramique préféré, en mille morceaux.


  • « Ça commence à bien faire ! Si vous vouliez me faire chier, sachez que c’est réussi ! »


  • « Tic-tac, tic-tac, tic-tac »

Horace n’a même pas le temps de s’en remettre que quelqu’un toque à la porte.


  • « Toc, toc »


  • « tic-tac, tic-tac, tic-tac »


  • « Mais qu’est-ce qu’ils ont tous aujourd’hui? Qu’est-ce qui les tracasse bon sang? »

D’un pas décidé, il se dirige vers la porte et l’ouvre brusquement. En face de lui se tient un jeune

homme bien coiffé, en tenue de banquier, qui s’abrite sous un grand parapluie. Il a un sourire de

banane et son long menton révèle un fâcheux grain de beauté. Avant même qu’il ne prononce

un mot, Horace remarque qu’il est entièrement sec. On dirait que le déluge ne le regarde pas.


  • « Vous désirez ? »


  • « Je vous demande pardon. Je viens tout juste d’arriver en ville et ne connaissant pas

les mœurs et coutumes locales, je me suis dit qu’il serait bon de me présenter à la

communauté. Mon nom est Juste de Sainte-Olive, mais appelez-moi Juste. »


  • « Horace » répond l’Orangeois, méfiant.


  • « Qu’est-ce qui vous amène ici? » reprend Horace. « Si c’est une mutation

professionnelle, je crains que votre patron ne vous ait joué un mauvais tour. Aussi

étonnant que cela puisse paraître pour la ville la plus ensoleillée de France, il pleut

depuis presqu’un mois. Les cas d’inondation se multiplient et la commune est incapable

de répondre aux besoins de la population. Même le tourisme, qui n’a jamais souffert, est

à la dérive. Beaucoup songent à quitter la ville jusqu’à ce que l’ordre climatique soit

rétabli, et le maire a eu la bonne idée de prendre deux semaines de congé. Au soleil,

bien entendu. Et dans tout ça, le reste du pays n’en a rien à cirer! ».


  • « Ne soyez pas abattu, Monsieur Horace. Je suis ici pour vous annoncer une bonne

nouvelle. Paris entend votre détresse et m’a chargé de vous venir en aide au nom des

valeurs républicaines qui nous rassemblent. »


  • « Plaît-il? »


  • « Voyez-vous, la météo d’Orange prévoit de la pluie pour les trois prochains mois, après

quoi le soleil devrait ressurgir. Pour pallier ce problème, la mairie de Paris vous fait don

d’un parapluie semi-automatique et chauffant qui s’auto-sèche en vingt-sept grâce à un

micro-radiateur électrique incorporé. Fini les gouttelettes dans l’ascenseur et les porte-

parapluies en plastique! Le parapluie chauffant débarque à Orange»,

annonce-t-il en bombant le torse. « On n’en est pas peu fier », ajoute-t-il, « Ce projet naît

de la volonté de ... »


Horace ne le laisse pas terminer. Il ferme la porte et se vautre sur le canapé, épuisé. Il n’en croit

pas ses oreilles.


  • « Les vieux avaient donc raison. Non seulement ils nous dépouillent de notre bien le plus

précieux, mais ils se foutent ouvertement de notre gueule ? ».

La pendule, restée impassible jusqu’alors, est outragée. Elle pousse un long cri de colère :


  • « Tique-taque, tique-taque, tique-taque! »


Puis, elle reprend son souffle et retrouve son calme.

 
clockold.jpg
 
 

malcolm-lightbody-773043-unsplash.jpg